Actes-types.com : le portail des Avocats, Huissiers, Notaires...

Rechercher par :
Nom / Cabinet / Dominance / Spécialité / N° RCS / Siret / Autre…

La durée du préavis dans le cadre du congé donné par le locataire, revu et corrigé par la Loi ALUR

Mots-clès :
Domaine(s) : Baux d'habitation
Mise en ligne le 5 mars 2015
L'article 15 de la loi n°89-462 tel que modifié par la loi ALUR n°2014-366 du 24 mars 2014 dispose que, lorsque le congé émane du locataire, le délai de préavis applicable est de trois mois, sauf dans les cinq cas suivants, où le préavis est réduit à un mois :

"1° Sur les territoires mentionnés au premier alinéa du I de l'article 17 ;

 2° En cas d'obtention d'un premier emploi, de mutation, de perte d'emploi ou de nouvel emploi consécutif à une perte d'emploi ;

 3° Pour le locataire dont l'état de santé, constaté par un certificat médical, justifie un changement de domicile ;

4° Pour les bénéficiaires du revenu de solidarité active ou de l'allocation adulte handicapé ;

5° Pour le locataire qui s'est vu attribuer un logement défini à l'article L. 351-2 du code de la construction et de l'habitation."

Le texte précise que : 

"Le locataire souhaitant bénéficier des délais réduits de préavis mentionnés aux 1° à 5° précise le motif invoqué et le justifie au moment de l'envoi de la lettre de congé. A défaut, le délai de préavis applicable à ce congé est de trois mois."

 S'agissant du cas n°1, le décret n°2014-854 du 30 juillet 2014 fixe la liste des communes figurant dans ces "zones d'urbanisation continue de plus de 50 000 habitants où il existe un déséquilibre marqué entre l'offre et la demande de logements, entraînant des difficultés sérieuses d'accès au logement sur l'ensemble du parc résidentiel existant, qui se caractérisent notamment par le niveau élevé des loyers, le niveau élevé des prix d'acquisition des logements anciens ou le nombre élevé de demandes de logement par rapport au nombre d'emménagements annuels dans le parc locatif social" , par renvoi au décret n°2013-392 du 10 octobre 2013.

En conséquence, les locataires de ces Communes peuvent désormais bénéficier d'un préavis réduit à un mois, à condition de mentionner expressément dans leur congé que le logement est situé dans une zone visée par l'article 17 de la loi du 6 juillet 1989.

Il convient de rappeler que le congé doit être notifié par lettre recommandée avec demande d'avis de réception, signifié par acte d'huissier ou, nouveauté introduite par la Loi ALUR, remis en main propre contre récépissé ou émargement. 

Le délai de préavis court à compter du jour de la réception de la lettre recommandée, de la signification de l'acte d'huissier ou de la remise en main propre.

Le texte rappelle en outre que, pendant le délai de préavis, le locataire est redevable du loyer et des charges concernant tout le délai de préavis si c'est lui qui a notifié le congé, sauf si le logement se trouve occupé avant la fin du préavis par un autre locataire en accord avec le bailleur.

Anne-Sophie CHEVILLARD-BUISSON

« Les lois ne sont ni plus ni moins que le prolongement des mœurs. » Victor Hugo